(vers) où ? Un atelier d’écriture

ON NE SAIT PAS OÙ L’ON VA.
EST-CE QU’ON SAIT OÙ L’ON EST ?
On s’est retrouvées les bras ballants, les mots pendus. À la croisée de nos chemins de pensée.
On ne sait pas où l’on va. Est-ce qu’on sait où l’on est ?

On ne sait pas où l’on va. Ce qu’on sait, c’est que notre chemin nous a amenées à rencontrer Loren Capelli et Denis Lachaud. L’une est illustratrice, l’autre est auteur. On leur a posé la question. Ils y ont répondu. En dessins et en textes.

Ils nous renvoient la question. Alors on vous la pose ouvertement et on vous propose d’explorer les chemins ensemble au cours d’un atelier d’écriture ouvert à toutes et à tous. Rien à préparer. On s’occupe de rendre cet atelier simple et joyeux.
C’est en ligne, par zoom, pas par hasard.

MERCREDI 10 FÉVRIER DE 18H30 À 20H
JEUDI 11 FÉVRIER DE 19H À 20H30
VENDREDI 12 FÉVRIER DE 20H À 21H30

Ces écrits partagés entreront en dialogue avec les textes de Denis Lachaud et les illustrations de Loren Capelli dans une publication spécialement éditée par Du vent dans les mots.

Pour vous inscrire, à l’un ou l’autre des ateliers, il suffit de nous envoyer un message à contact@duventdanslesmots.org

La fin avant le début

Qui sont-elles ?
Elles ont traversé la longue nuit et les nuages.
La flamme vacille mais il fait suffisamment clair pour les voir.
Elles portent en elle la lumière.
La suite s’invente chaque jour.

LES HISTOIRES !
Allez. On vous raconte le tout début, en cette fin d’année, drôle de chapitre.
On vous l’emballe avec joie et quelques douceurs.
À bientôt !

Parler avec les arbres

Il est là. Il ne bouge pas. Il résiste. Aux assauts du vent. Il est.
Il attend. Je l’entends. Je m’approche.
Il se passe tant et tant à l’intérieur.
Il respire lentement. Secrètement. Silencieusement.
Sans un mot. Je m’y risque.

La guerre des mots

Morbleu ! Vous allez nous foutre la paix avec vos chiffres qui décomptent, qui mesurent, qui encadrent, qui (se) permettent de quantifier, amoindrir, augmenter ?
Libérez les mots ! Ils ont de la valeur !
Vive la poésie ! Vive les langues vivantes !

(Toutes nos excuses à notre comptable adoré… Une partie de Scrabble pourra sans doute retisser le lien ?)

Les mots qui ouvrent

Les mots qui courent. Le long des pages, le long des plages, le long des bras. Les mots qui s’entassent dans la tête, dans la bouche, dans les mains, dans les pieds. Les mots-fourmis. Les mots à z’ailes. Les mots-oiseaux. Les mots du ciel. Les mots du rêve et des histoires.