Là. Là. Là !

Les récits se croisent, se frôlent, s’apprivoisent, se lient, se lisent.
Les textes produits en ateliers d’écriture se mêlent à ceux de Denis Lachaud.
Les paroles récoltées dans la rue, à Lille Sud, font écho aux dessins de Loren Capelli.

Imprimés, enregistrés. Les voilà !!
Quelle joie d’inventer et de réaliser ce projet de manière collective !
Merci et bravo !

Écoutez Ici. (Vers) où ?
sur #SoundCloudhttps://soundcloud.app.goo.gl/GcNHn

La fin avant le début

Qui sont-elles ?
Elles ont traversé la longue nuit et les nuages.
La flamme vacille mais il fait suffisamment clair pour les voir.
Elles portent en elle la lumière.
La suite s’invente chaque jour.

LES HISTOIRES !
Allez. On vous raconte le tout début, en cette fin d’année, drôle de chapitre.
On vous l’emballe avec joie et quelques douceurs.
À bientôt !

Parler avec les arbres

Il est là. Il ne bouge pas. Il résiste. Aux assauts du vent. Il est.
Il attend. Je l’entends. Je m’approche.
Il se passe tant et tant à l’intérieur.
Il respire lentement. Secrètement. Silencieusement.
Sans un mot. Je m’y risque.

La guerre des mots

Morbleu ! Vous allez nous foutre la paix avec vos chiffres qui décomptent, qui mesurent, qui encadrent, qui (se) permettent de quantifier, amoindrir, augmenter ?
Libérez les mots ! Ils ont de la valeur !
Vive la poésie ! Vive les langues vivantes !

(Toutes nos excuses à notre comptable adoré… Une partie de Scrabble pourra sans doute retisser le lien ?)

Les mots qui ouvrent

Les mots qui courent. Le long des pages, le long des plages, le long des bras. Les mots qui s’entassent dans la tête, dans la bouche, dans les mains, dans les pieds. Les mots-fourmis. Les mots à z’ailes. Les mots-oiseaux. Les mots du ciel. Les mots du rêve et des histoires.