Grandir, encore, toujours

C’est quoi grandir? J’ai pas vraiment envie de quitter l’enfance. Mais quand même… c’est quand? Comment on fait pour s’inventer? pour se construire une personnalité, pour évoluer? Qui nous montre le chemin? nous-mêmes? nos copains? les adultes qui nous aiment? le monde tout entier?

Avec les mots, à travers des lectures, des jeux d’écriture, à travers la création de chansons, nous avons proposé aux jeunes du centre social La Busette de réfléchir et de partager leur regard sur “c’est quoi grandir”.

Questions de corps, d’intimité, de responsabilité, d’autonomie, de confiance, d’appartenance. Les frontières entre l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte sont comme des lignes mouvantes. Tellement personnelles, tellement partagées. Alors? Qui dit quoi? Qui chante quoi?

Un document sonore signé Gilles Anquez.

https://grandiraveclabusette.bandcamp.com/album/cest-quoi-grandir

Pffft. La fête prend le vent.

Le vent souffle dans les mots et la pluie nous impose le repli.

Cet après-midi, nous vous proposons quelques lectures et ateliers au centre social de l’Arbrisseau, à deux pas du jardin des cultures.

Au programme, des petites météorologies : des histoires en musique, un atelier de création d’un livre-accordéon, un atelier d’écriture poétique.

Petites météorologies d’Anne Herbauts

Centre Social de l’Arbrisseau, 194 rue du Vaisseau le Vengeur, à Lille Sud

Les langues délient les mots

Regarder, lire, dire et partager le monde. Ouvrir nos valeurs. Et décider de prendre ensemble le chemin de la poésie.

Les langues délient les mots. Elles approchent un espace commun, distancent une vérité figée, invitent à accueillir l’étranger, aux portes de la diversité et d’un monde meilleur.

Liberté, égalité, fraternité. Ou la résonance poétique des valeurs de la République. Retour en image et en son sur des ateliers d’écriture menés avec des femmes, des hommes, des enfants, des humains de Lille-Sud.

Des femmes, des mots

A travers les lectures,
à travers les échanges,
à travers nos différences,
à travers nos chants,
les mots se partagent et s’écrivent.

Question de droits et de regards,
d’un côté ou de l’autre,
les chemins de la liberté des femmes
se lisent ici sur les vitres
de la maison Stéphane Hessel,
auberge de femmes,
le temps d’un atelier.

Poser l’encre, jouer de l’accordéon

Le livre accordéon nous invite à tourner les pages sans les tourner.
Il  nous amène à déplier les histoires, à profiter de l’expérience de la page précédente, à regarder d’avance la page qui suit, à danser avec celle qui s’offre à nous et qu’on écrit.
L’encre est jetée, l’encre est posée, déposée. Le souffle, le trait, le hasard, les rencontres deviennent des invitations à composer avec le réel, à l’accueillir comme un cadeau du présent.

Les adolescents, qu’en disent-ils ? ils se saisissent de cet espace d’expérimentation et d’expression de soi, de l’histoire. Et nous ? nous sommes émues de les voir cheminer à travers leurs mots leurs maux.

Demain est devant.

encore un atelier mené avec Emmanuelle Duguet, de l’Inter(s)tisse !

Terre de vie

Commencer une nouvelle année.

Modeler. Remodeler. Construire, aplatir, reconstruire. Regarder, lire, dire et  (d)écrire ce qui se passe. Surtout, ne se passer ni de la terre ni des mots.

Nous sommes entrées en 2019, au foyer du Flocon à Tourcoing, avec des jeunes et un élan particulier.

Trois journées toutes neuves pour rencontrer et expérimenter la puissance sensible de l’argile, dans une bien jolie danse avec les mots.

Trois journées partagées avec Emmanuelle Duguet, de L’inter(s)tisse.

Trois journées à malaxer, tripoter, caresser, gratter, former, dire, déformer, étaler, lire, recouvrir, découvrir, taper, écraser, éclater, sentir, ressentir, écrire, chanter, vibrer. Les oreilles au cœur, les yeux dans les mains.

Jumana, du haut de ses 14 ans, dirait « très satisfaisant, c’est très très satisfaisant ».  Assurément!

Poètes de la route

Les voilà en formation conduite routière.
Élèves de seconde, au lycée professionnel Saint-Exupéry, Halluin.

Quel regard portent-ils sur la route?
Quel regard porte-t-on sur leur métier?
Où la poésie s’est-elle cachée?
entre deux lignes blanches, sous la pédale d’embrayage,
sur une voie de décélération?

Ni une, ni deux, les poètes de l’autoroute font leur première sortie sur la piste des mots!
L’atelier d’écriture sera prolongé en cours d’arts et un recueil de poésie de la route sera édité en fin d’année.

A suivre…

 

Des mots d’occasions ?

Un magasin gratuit
au gymnase de Fives Cail
Où l’on dépose, où l’on prend
Une question de besoin, d’échange
D’envie et de raison

A-t-on idée ?
Autant se dire qu’on dépose et qu’on embarque un petit bout d’histoire.

Tu sais d’où vient ce vase en porcelaine d’éléphant ?
En quel lieu perdu dans l’ombre habitait le propriétaire de cette lampe frontale ?
Qui lisait à voix basse ce roman à l’eau de rose ?

On devrait peut-être étiqueter les objets ?
traçabilité et origine garantie.

SAMEDI 24 NOVEMBRE de 10h à 14h
Imaginez les étiquettes du magasin gratuit !
à l’atelier d’écriture décalée